Vie psychique et vie spirituelle : repères

Blessures

La vie les fait naître à profusion : souffrance, frustration, manque, venus d’un tiers, d’une situation subie, ou d’un événement,…. Ex. une blessure d’identité ; un deuil ; une trahison ; un rejet, un abandon ; une remarque ironique ; une scène agressant le regard, l’ouïe ; un échec ….

Charisme

C’est un don gratuit donné librement, par le Saint Esprit à chacun selon sa volonté, en vue du bien de tous : pour la construction de l’Église et pour sa mission, pour le bien des personnes, et, selon la précision du Catéchisme de l'Église catholique, pour les "besoins du monde". Saint Paul : "A chacun est donnée la manifestation de l'Esprit en vue du bien de tous. A l'un, par l'Esprit, est donné un message de sagesse, à l'autre, un message de connaissance, selon le même Esprit ; à l'un, dans le même Esprit, c'est la foi; à un autre, dans l'unique Esprit, ce sont des dons de guérisons; à tel autre, d'opérer des miracles, à tel autre, de prophétiser, à tel autre, de discerner les esprits, à tel autre encore, de parler en langues ; enfin, à tel autre, de les interpréter. Mais tout cela, c'est l'unique et même Esprit qui le met en œuvre, accordant à chacun des dons personnels divers, comme il veut". (1 Co 12, 7-11)

Communautés, associations, groupes de prière

Les lieux proposant un accueil en vue d’une guérison intérieure ne sont pas tous nécessairement charismatiques. Plusieurs paramètres (non exhaustifs) entrent en ligne de compte pour discerner le lieu qui convient à telle ou telle personne :
- selon l’implantation géographique,
- selon la taille du groupe ouvert à l’accueil : grosse structure d’une communauté ou petit groupe d’intercession,
- selon le temps disponible : en cycles périodiques, retraite, sessions, ou accueil ponctuel à un rythme régulier,
- selon la nature des blessures : petite enfance, avortement, occultisme, ….
- selon la spiritualité de la structure accueillante.

Guérison intérieure

La démarche de guérison intérieure n’est pas une thérapie bis, ni un succédané de développement personnel. Elle peut être complémentaire de la thérapie, parfois même elle l’exige, afin de pouvoir porter tous ses fruits dans un terrain déblayé au préalable. Il est des blessures trop profondes ou trop à vif qui empêchent d’entendre la Parole de Dieu, qui contrarient les mouvements de l’Esprit à l’intime du cœur, qui bloquent la vie de relation avec le Seigneur. La guérison intérieure concerne le domaine de l’intériorité càd l’union complexe de la vie psychique (mémoire, intelligence, sensibilité, imagination, volonté, affectivité), avec celle du cœur profond, ce lieu où Dieu habite par son Souffle, par son image inscrite dans l’être humain, lieu de la liberté et de la responsabilité, lieu de l’amour. Les émotions et les blessures parasitent non seulement cette liberté du cœur mais encore chacune des "zones" de l’être humain. C’est l’interaction du psychique et du spirituel que vise la démarche de guérison intérieure. Le but de la démarche de guérison intérieure est d’ordre spirituel, bien que la grâce de guérison ait des incidences sur tous les plans, notamment psycho-somatique. Cette grâce réajuste le comportement de l’être humain blessé dans toutes ses relations (avec Dieu, avec autrui, avec soi-même) et dans ses divers domaines d’activité. Par-dessus tout, elle favorise une vie évangélique avec davantage de liberté, de paix et de joie.

Moyens traditionnels

Il s’agit des manières actuelles de vivre la guérison des blessures, hors l’approche spécifiquement charismatique, dans la perspective soit de la vie sacramentelle, soit de la vie chrétienne toute "simple", au quotidien.

Récits bibliques

Tous les éléments "fondamentaux" pour comprendre en quoi consiste la démarche de guérison intérieure (blessure, blessure infectée, accompagnement en guérison intérieure, prière de délivrance) se retrouvent dans des épisodes de la Bible où on voit des personnages connus subir une blessure, y réagir plus ou moins "bien", chacun selon son tempérament, son histoire spirituelle, et l’accompagnement ou l’intervention divine dont il est l’objet. Toute une lecture de la Bible peut se faire à partir de la problématique de la guérison intérieure, car Dieu lui-même dans sa Parole se présente comme Celui qui veut guérir ses brebis blessées, et qui finit par envoyer son Fils, Jésus, guérison et salut de toute chair et de toute la "chair" blessée de l’humanité, dans l’accomplissement du Mystère pascal.

"Malheur aux bergers d'Israël qui sont bergers pour eux-mêmes ! N'est-ce pas pour les brebis qu'ils sont bergers ? Vous n'avez pas rendu des forces à la brebis chétive, soigné celle qui était faible, pansé celle qui était blessée. Vous n'avez pas ramené la brebis égarée, cherché celle qui était perdue…. Maintenant, j'irai moi-même à la recherche de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j'irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de brouillard et d'obscurité…. C'est moi qui ferai paître mon troupeau, et c'est moi qui le ferai reposer, déclare le Seigneur Dieu. La brebis perdue, je la chercherai ; l'égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la soignerai. Celle qui est faible, je lui rendrai des forces." (Ez 34, 2. 4. 11-12. 15-16)