Vivre avec les saints du Carmel

Dimanche du Baptême du Seigneur: Mc 1,7-11

Le BaptÍme du Christ

En ce dimanche, alors que le temps de Noël touche à sa fin, nous célébrons la fête du Baptême du Seigneur Jésus par Jean le Baptiste dans le Jourdain. Pour entrer dans l’intelligence de la fête de ce jour, il nous faut d’abord éviter de faire certaines confusions. Bien que le Baptême vienne clore le temps de Noël, trente ans se sont écoulés depuis la naissance de Jésus : son Baptême se situe au commencement de son ministère public. Il ne nous faut donc pas transposer les images que nous avons en mémoire de baptêmes de petits enfants pour nous représenter le Baptême de Jésus ! En fait, il est éclairant de situer la fête de ce jour dans le sillage de la solennité de l’Épiphanie, que nous avons célébrée dimanche dernier.

L’Épiphanie, c’est la manifestation de Dieu aux nations en la Personne de Jésus, le Nouveau-né de Bethléem que les mages viennent adorer. À partir de là, le jour même de la fête de l’Épiphanie et dans la semaine qui suit, la liturgie (notamment par les lectures bibliques choisies) nous relate d’autres manifestations éclatantes de Dieu en son Fils, ou bien y fait allusion. Sont évoqués notamment les épisodes des noces de Cana, de la multiplication des pains, de la marche sur les eaux, de la guérison du lépreux : autant d’événements où Jésus manifeste de façon éclatante la venue de Dieu parmi les hommes. Et justement, la fête du Baptême conclut admirablement cette série de récits de "manifestations". Elle n’est pas une commémoration venant dans la suite chronologique immédiate des grandes fêtes qui ont précédé, mais plutôt comme un point d’orgue à toutes les manifestations évoquées depuis l’Épiphanie. Au Baptême de Jésus a d’ailleurs lieu ceci d’inouï : il se produit une manifestation, une épiphanie, de la vie trinitaire de Dieu : l’Esprit descend sur Jésus et la voix du Père se fait entendre : "C’est toi mon Fils bien aimé ; en toi j’ai mis tout mon amour".

Cette parole, le Père l’a dite aussi sur chacun de nous, lors de notre baptême, le baptême chrétien dans la mort et la Résurrection de Jésus. Il ne cesse de la redire sur nous tout au long de notre vie. Voilà bien ce que nous enseigne aujourd’hui la célébration de cette belle fête du Baptême du Seigneur Jésus : en Lui, nous devenons enfants de Dieu, enfants bien-aimés du Père. Par sa venue en notre monde dans la nuit de Bethléem, il nous a ouvert le chemin vers Dieu, vers la vie trinitaire qui sera notre partage pour toute l’éternité, et dont nous sommes appelés à vivre dès aujourd’hui. Fr. Anthony-Joseph, ocd Haut

 
Des Poésies de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (PN 24)
Rappelle-toi qu’au jour de ta victoire
Tu nous disais : "Celui qui n’a pas vu
"Le Fils de Dieu tout rayonnant de gloire
"Il est heureux, si quand même il a cru !"
Dans l’ombre de la Foi, je t’aime et je t’adore
O Jésus ! pour te voir, j’attends en paix l’aurore
Que mon désir n’est pas
De te voir ici-bas
Rappelle-toi...
 
Rappelle-toi que je veux sur la terre
Te consoler de l’oubli des pécheurs.
Mon seul Amour, exauce ma prière.
Ah ! pour t’aimer, donne-moi mille Cœurs
Mais c’est encor trop peu, Jésus, Beauté suprême
Donne-moi pour t’aimer ton divin Cœur Lui-Même
De mon désir brûlant
Seigneur, à chaque instant
Rappelle-toi.
 
Rappelle-toi que ta volonté sainte
Est mon repos, mon unique bonheur
Je m’abandonne et je m’endors sans crainte
Entre tes bras, ô mon divin Sauveur
Si tu t’endors aussi lorsque l’orage gronde
Je veux rester toujours dans une paix profonde
Mais pendant ton sommeil
Jésus, pour le réveil
Prépare-moi !
 
Rappelle-toi que souvent je soupire
Après le jour du grand avènement
Envoie bientôt l’ange qui doit nous dire :
"Réveillez-vous, il n’y a plus de temps !... "
Alors rapidement je franchirai l’espace
Seigneur, tout près de toi, j’irai prendre ma place
Qu’au séjour Eternel
Tu dois être mon Ciel
Rappelle-toi !... Haut