Vivre avec les saints du Carmel

Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ (C) : Lc 9,11b-17

Pendant le Triduum pascal, la liturgie nous a rappelé avec force comment le sacrement de l’Eucharistie nous a été donné. La CèneEn effet, c’est le soir de la dernière Cène que le Seigneur Jésus, prenant du pain et du vin, rendit grâce et les donna à ses disciples et, à travers eux, à ses amis de tous les temps et de tous les lieux, en signe du don de sa vie qu’il allait faire pour le salut du monde. "Prenez, et mangez-en tous : ceci est mon corps livré pour vous. Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang…" Ce mystère se renouvelle chaque dimanche, chaque jour, chaque fois que nous célébrons l’Eucharistie du Seigneur Jésus, "jusqu’à ce qu’il vienne".

C’est au cœur de ce mystère que la liturgie veut nous ramener en ce dimanche du Saint Sacrement. Dans son Exhortation apostolique sur l’Eucharistie, Sacramentum caritatis, le pape Benoît XVI nous rappelle que l’Eucharistie est tout à la fois, et indissociablement, un mystère à croire, à célébrer et à vivre. Ces trois axes peuvent stimuler notre prière et notre méditation à l’occasion de ce dimanche. Croire… que le Seigneur Jésus est réellement présent, en son Corps et en son Sang, sous les apparences du pain et du vin. Il nous nourrit de sa vie et fait jaillir en nos cœurs la source vive qui nous conduira jusqu’à la vie éternelle. Célébrer… à l’appel du Seigneur, chaque dimanche, nous nous retrouvons en Église pour célébrer ce don de lui-même que le Seigneur nous a fait et ne cesse de nous faire. Eucharistie signifie "action de grâce" : à notre tour, entrons dans l’action de grâce que le Fils adresse au Père dans l’Esprit ! Vivre… l’action de grâce ne s’arrête pas à la fin de la liturgie : elle doit se prolonger dans toute notre vie. C’est notre existence entière qui doit devenir action de grâce et qui témoignera ainsi de l’authenticité de notre communion à l’Eucharistie du Seigneur. Alors, demandons-lui la grâce de savoir reconnaître sa présence en nos vies, sur le visage de nos frères et sœurs, dans l’humble quotidien de nos existences ! Que l’Esprit Saint, qui est invoqué pour la consécration du pain et du vin sur l’autel, vienne aussi en nos cœurs : notre vie tout entière sera alors consacrée au Seigneur et sera eucharistie, action de grâce au cœur du monde pour les merveilles qu’Il ne cesse d’accomplir. Fr. Anthony-Joseph, ocd Haut

 
Des Lettres de la Bienheureuse Élisabeth de la Trinité (L 165)

Il me semble que rien ne dit plus l'amour qui est au Coeur de Dieu que l'Eucharistie : c'est l'union, la consommation, c'est Lui en nous, nous en Lui, et n'est-ce pas le Ciel sur la terre ? Le Ciel dans la foi en attendant la vision du face à face tant désirée. Alors nous serons rassasiés quand sa gloire apparaîtra, quand nous le verrons en sa lumière. Ne trouvez-vous pas que cela repose l'âme de penser à cette rencontre, à cette entrevue avec celui qu'elle aime uniquement; alors tout disparaît et il semble que déjà on pénètre dans le mystère de Dieu !...

Pendant toute cette Octave nous avons le Saint Sacrement exposé à l'oratoire ; ce sont des heures divines que l'on passe en ce petit coin du Ciel où nous possédons la vision en substance sous l'humble Hostie. Oui, c'est bien le Même que les bienheureux contemplent dans la clarté et que nous adorons dans la foi. L'autre jour on m'écrivait une si belle pensée, je vous l'envoie : "La foi, c'est le face à face dans les ténèbres". Pourquoi n'en serait-il pas ainsi pour nous, puisque Dieu est en nous et qu'Il ne demande qu'à nous prendre comme Il a pris les saints ? Seulement, ils étaient toujours attentifs, comme dit le Père Vallée : "Ils se taisent, se recueillent et n'ont d'activité que pour être l'être qui reçoit". Unissons-nous donc pour faire le bonheur de Celui qui nous a trop aimés, comme dit saint Paul. Faisons-Lui en notre âme une demeure toute pacifiée en laquelle se chante toujours le cantique de l'amour, de l'action de grâces ; et puis ce grand silence, écho de celui qui est en Dieu !... Et puis, approchons-nous, comme vous me le disiez, de la Vierge toute pure, toute lumineuse afin qu'elle nous introduise en Celui qu'elle pénétra si profondément, et que notre vie soit une communion continuelle, un mouvement tout simple vers le bon Dieu. Haut