Vivre avec les saints du Carmel

Dimanche de Pâques (A) : Jean 20,1 - 9

...

Pour nous, revenons à la Sainte Vierge. Elle est restée seule à la maison, ils sont tous partis probablement vers le sépulcre. Et elle, toujours dans le calme et la paix, que fait-elle ? Elle vit de son espérance... Son espérance n'est pas confondue : le voici, son fils ! et combien transformé ! Son corps est glorieux, de ses blessures jaillissent de la lumière et comme de la vie ! Le corps qu'elle a formé, le corps qu'elle a nourri, le beau corps du Christ ! son âme, plus belle encore, qu'elle a vue à travers lui ! sa divinité qu'elle a devinée et adorée dans ses yeux, lorsqu'elle plongeait son regard dans les fontaines cristallines d'eau pure, d'eau vive, qu'étaient les yeux du Christ, les voilà !

C'est un souhait de paix que lui adresse certainement Notre Seigneur. Il l'apporte partout : "Que la paix soit avec vous... Que la paix soit avec toi, ô femme... ô mère !" Car il se montre fils certainement à cette heure. Et voici déjà le triomphe de la Vierge, le triomphe de son espérance. Oh ! Jésus est plus beau qu'à Bethléem, lorsqu'il jaillissait de son sein et qu'elle le tenait dans ses bras... Il est plus beau qu'à la Présentation au Temple, lorsque Syméon lui prédisait la gloire et la souffrance... Il est plus beau qu'à trente ans, quand il quittait Nazareth et qu'il commençait sa prédication... Il est plus beau que dans le Temple, lorsqu'il se proclamait la lumière du monde, et qu'il tenait tête aux scribes, aux Pharisiens, aux Sadducéens, lorsqu'il tenait tête victorieusement, et par sa parole et par sa majesté. Il est plus beau et plus grand, plus fort, plus vivant que lorsqu'il chassait du Temple les vendeurs avec leurs troupeaux.

O Vierge Marie, aujourd'hui encore, puisque vous êtes notre Mère et que nous vivons près de vous, nous voulons jouir de votre joie. Laissez-nous nous approcher de vous. Cette vie du Christ qui triomphe dans son corps, qui a ramené son âme dans son corps, cette vie de la divinité qui se manifeste partout, nous la voulons ! Vous en êtes la distributrice, vous en êtes la mère, vous en êtes la médiatrice. Répandez-la, ô Vierge Marie, sur nos âmes. Remplissez-nous de cette vie, faites-la triompher de toutes les impuretés qui sont encore en nous, de tout le désordre qui est encore dans notre être.

Remplissez-nous de cette vie afin que nous vous ressemblions, et que nous aussi nous puissions la donner. Aujourd'hui nous allons vous demander cela, nous allons rester près de vous, Mère du Christ ressuscité, pour que vous nous fassiez participer à votre joie, au triomphe de Jésus et au vôtre. O Vierge Marie, réalisez le dessein de Dieu sur nous, réalisez aussi le vôtre, le dessein de votre cœur... Votre cœur et votre âme vont vers la fécondité actuellement, vers le triomphe de votre vie dans nos âmes, dans toutes les âmes que vous appelez à vous, c'est-à-dire dans le Christ total, dans toute l'Église.

Nous vous prions Vierge Marie, que votre fécondité s'exerce sur ces âmes. Voici nos désirs, nos grands désirs : sur toute l'Eglise, faites descendre la vie du Christ ressuscité. Nous vous le demandons ô Vierge Marie : Soyez mère, mère jusqu'au bout, non pas seulement mère de la vie, mère de l'amour, mais mère de la miséricorde, de cette vie qui descend même sur la misère pour la restaurer, pour la raviver, pour la ressusciter. Nous vous le demandons, ô Vierge, écoutez-nous, vous êtes notre Mère, nous sommes vos enfants, nous savons que nous serons exaucés. Père Marie Eugène de l’Enfant-Jésus (homélie du dimanche de Pâques, 2 avril 1961) Haut