Vivre avec les saints du Carmel

33ème dimanche du T.O. (C) : Luc 21,5-19

Anastasis

La fin de l’année liturgique est proche, et les lectures de ce dimanche nous invitent à élargir notre champ de vision. Le prophète Malachie nous annonce la venue du jour du Seigneur, en un style apocalyptique auquel la Bible a souvent recours pour parler des "fins dernières", c’est-à-dire de ce qui attend chacun de nous à la fin de notre vie. Le Seigneur vient comme un feu, qui dévore les arrogants mais illumine ceux qui craignent son Nom. À nous donc de préparer notre cœur pour ce jour… mais quand arrivera-t-il ? Eh bien, c’est à une attente paisible que le Seigneur Jésus nous invite dans l’évangile de ce dimanche. D’un côté il demande aux disciples qui admirent la beauté du Temple de Jérusalem de ne pas oublier qu’il s’écroulera un jour, et en même temps il leur dit de ne pas chercher à avoir de signe de la fin des temps, de ne pas se laisser égarer par des prophètes de malheur. La seule chose qui importe est de savoir, de croire avec confiance, que le Seigneur veille sur nous : "Moi-même, je vous inspirerai… pas un cheveu de votre tête ne sera perdu". Patience, constance, "persévérance" : c’est ainsi que le disciple fidèle obtiendra la vie.

La fin est proche… en avons-nous le sentiment dans nos vies ? Comme on l’entend parfois, cela fait 2000 ans que la fin est proche, et nous l’attendons encore ! Certes, le Seigneur ne nous ment pas ; mais la fin, ce sera pour plus tard ! Écoutons bien ce que nous dit le Seigneur Jésus ce dimanche : effectivement, il ne faut pas vivre dans l’affolement, dans l’attente désordonnée d’un cataclysme imminent. Mais le Seigneur nous invite à l’éveil du cœur, à l’attente confiante et aimante de sa venue, à chaque instant. Le Seigneur ne vient pas à nous seulement à la fin du monde, mais tout au long de nos journées, dans le silence de notre prière, dans la célébration des sacrements, dans l’humble accomplissement de notre travail, dans la surprise d’une rencontre inattendue… À nous de nourrir en nos cœurs le désir de sa venue, dès aujourd’hui et chaque jour ; à nous d’avoir le cœur ouvert pour reconnaître sa venue et pour l’accueillir. Chaque jour et jusqu’au jour de la fin, demandons à l’Esprit du Seigneur d’appeler en nous : "Marana tha ! Viens, Seigneur Jésus !" (cf. Ap 22, 20). Fr. Anthony-Joseph, ocd Haut

 
Des Poésies de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus : "Vivre d’Amour" (PN 17)
Au soir d'Amour, parlant sans parabole
Jésus disait : "Si quelqu'un veut m'aimer
"Toute sa vie, qu'il garde ma Parole
"Mon Père et moi viendrons le visiter.
"Et de son cœur faisant notre demeure
"Venant à lui, nous l'aimerons toujours !...
"Rempli de paix, nous voulons qu'il demeure
            En notre Amour !... "

Vivre d'Amour, c'est te garder Toi-Même
Verbe incréé, Parole de mon Dieu,
Ah ! tu le sais, Divin Jésus, je t'aime
L'Esprit d'Amour m'embrase de son feu
C'est en t'aimant que j'attire le Père
Mon faible cœur le garde sans retour.
O Trinité ! vous êtes Prisonnière
            De mon Amour !...

Vivre d'Amour, c'est vivre de ta vie,
Roi glorieux, délice des élus.
Tu vis pour moi, caché dans une hostie
Je veux pour toi me cacher, ô Jésus !
À des amants, il faut la solitude
Un cœur à cœur qui dure nuit et jour
Ton seul regard fait ma béatitude
            Je vis d'Amour !...

Mourir d'Amour, c'est un bien doux martyre
Et c'est celui que je voudrais souffrir.
O Chérubins ! accordez votre lyre,
Car je le sens, mon exil va finir !...
Flamme d'Amour, consume-moi sans trêve
Vie d'un instant, ton fardeau m'est bien lourd !
Divin Jésus, réalise mon rêve :
            Mourir d'Amour !...

Mourir d'Amour, voilà mon espérance
Quand je verrai se briser mes liens
Mon Dieu sera ma Grande Récompense
Je ne veux point posséder d'autres biens.
De son Amour je veux être embrasée
Je veux Le voir, m'unir à Lui toujours
Voilà mon Ciel... voilà ma destinée :
            Vivre d'Amour !!!... Haut