Vivre avec les saints du Carmel

3ème dimanche du Temps Ordinaire (A) : Mt 4,12-23

Tandis que continue à se dérouler le cours de la liturgie de l’Église, nous entendons en ce dimanche le récit que saint Matthieu nous fait des débuts de la prédication de Jésus, après son baptême dans le Jourdain et les quarante jours passés au désert. C’est de la vie quotidienne de Jésus que l’évangéliste nous parle : Jésus quitte la ville de son enfance, il s’installe à Capharnaüm… Mais Matthieu ajoute à notre intention que ce déplacement de Jésus constitue l’accomplissement des paroles du prophète Isaïe : "Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays de l’ombre et de la mort, une lumière s’est levée." Savons-nous reconnaître dans nos vies la lumière de Jésus, la lumière qu’est Jésus, quand elle vient nous visiter ? Nous qui, face aux difficultés de nos vies, pouvons parfois avoir l’impression d’habiter dans les ténèbres, laissons-nous la lumière du Christ rayonner dans nos vies, et, à travers nous, rayonner sur ceux qui nous entourent ?

Pour réaliser cela, nous pouvons entendre pour nous, aujourd’hui, les deux paroles de Jésus dans l’évangile de ce dimanche. La première, c’est : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. » Nous avons toujours besoin de nous convertir, en laissant la lumière du Seigneur nous révéler ce qui en nous, en nos vies, est duplicité, erreur, manque de vérité, manque de charité… et pour nous amender, petit à petit, sans nous décourager, en désirant toujours plus que grandisse en nous le désir de la vérité. Cette Vérité, c’est Jésus lui-même ! La seconde parole du Seigneur est une parole d’appel : "Venez derrière moi !" Interrogeons-nous : croyons-nous encore que nous allons, par nos propres forces, "réussir notre vie » comme nous l’imaginons à un niveau parfois seulement humain ? Jésus nous appelle à marcher derrière lui, quel que soit l’état de vie qui est le nôtre, afin que notre vie soit en vérité inspirée par l’Évangile. En marchant derrière Jésus, nous passerons par où il est lui-même passé, et notre vie entière deviendra accueil de son mystère, qui conduit à la Vie. Alors, nous pourrons dès aujourd’hui vivre en vérité comme des enfants bien-aimés du Père, et devenir à notre tour pour nos frères et sœurs en humanité, à commencer par ceux qui nous sont les plus proches, des lumières qui se lèvent et illuminent les ténèbres. Alors nous pourrons relayer l’appel de vie que Dieu adresse au monde : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche ! Marchez derrière Jésus, il est le chemin qui conduit au Père !" Fr. Anthony-Joseph, ocd Haut

 
Des Lettres de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (LT 135 à sa sœur Céline)
Céline, les vastes solitudes, les horizons enchanteurs qui s'ouvrent devant toi doivent t'en dire bien long à l'âme ? Moi je ne vois pas tout cela, mais je dis avec St Jean de la Croix : « J'ai en mon bien aimé les montagnes, les vallées solitaires et boisées… » Et ce bien aimé instruit mon âme, Il lui parle dans le silence, dans les ténèbres... Dernièrement il m'est venu une pensée que j'ai besoin de dire à ma Céline. C'est un jour que je pensais à ce que je pouvais faire pour sauver les âmes, une parole de l'évangile m'a montré une vive lumière. Autrefois Jésus disait à ses disciples en leur montrant les champs de blés murs : "Levez les yeux et voyez comme les campagnes sont déjà assez blanches pour être moissonnées" et un peu plus tard : "A la vérité la moisson est abondante mais le nombre des ouvriers est petit ; demandez donc au maître de la moisson qu'Il envoie des ouvriers". Quel mystère !... Jésus n'est-Il pas tout-puissant ? les créatures ne sont-elles pas à celui qui les a faites ? Pourquoi Jésus dit-Il donc : "Demandez au maître de la moisson qu'Il envoie des ouvriers" ? Pourquoi ?... Ah ! c'est que Jésus a pour nous un amour si incompréhensible qu'Il veut que nous ayons part avec lui au salut des âmes. Il ne veut rien faire sans nous. Le créateur de l'univers attend la prière d'une pauvre petite âme pour sauver les autres âmes rachetées comme elle au prix de tout son sang. Notre vocation à nous ce n'est pas d'aller moissonner dans les champs de blés mûrs. Jésus ne nous dit pas : "Baissez les yeux, regardez les campagnes et allez les moissonner". Notre mission est encore plus sublime. Voici les paroles de notre Jésus : "Levez les yeux et voyez". Voyez comme dans mon Ciel il y a des places vides. C'est à vous de les remplir, vous êtes mes Moïse priant sur la montagne, demandez-moi des ouvriers et j'en enverrai, je n'attends qu'une prière, un soupir de votre cœur !... Haut